39-98 | 99 | 00 | 01 | 02 | 03 | 04 | 05 | 06 | 07 | 08 | 09 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18


 
 
Choix du public :  
 
Nombre de votes : 14
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com

 

Leave No Trace

Quinzaine des réalisateurs - Compétition
USA / sortie le 19.09.2018


MARCHONS DANS LES BOIS





"C'est illégal de vivre sur un terrain public."

Huit ans après avoir révélé Jennifer Lawrence au grand public dans Winter's Bone, Debra Granik est de retour avec Leave No Trace, un conte sauvage porté par un duo Ben Foster-Thomasin McKenzie absolument sublime.

Tom a 15 ans et habite clandestinement avec son père dans la forêt, près de Portland. Ils limitent au maximum leurs contacts avec le monde moderne mais forment une famille fusionnelle. Expulsés de leur refuge, ils se voient offrir un toit, une scolarité et un travail mais le père éprouve des difficultés à s'adapter. Tom, de son côté, se fait petit à petit à cette nouvelle vie.

Essentiellement tourné dans la forêt, Leave No Trace repose sur le talent et le charme de ses deux acteurs principaux, Ben Foster et Thomasin McKenzie. Le premier était récemment à l'affiche de Warcraft : Le Commencement et Inferno et campe ici un père revenu du front complètement traumatisé et asocial. De son côté, Thomasin McKenzie livre l'une des meilleures performances de l'année en interprétant une jeune fille prête à tout pour protéger son père mais également bien décidée à s'adapter et à être heureuse.

Avec ses nombreux gros plans sur la forêt et le contraste avec la ville, Debra Granik propose un film où nature et urbanisme s'opposent ainsi qu'un retour à l'essentiel plus qu'apprécié. Le rythme est lent, les dialogues singuliers et la photographie sublime. Avec ses personnages littéralement sortis des bois, Leave No Trace dispose d'un regard neuf sur ce que l'on appelle communément les marginaux. Cela ne vaut peut-être pas Winter's Bone mais la réalisatrice démontre une nouvelle fois l'étendue de son talent, trop rare assurément. On valide !

wyzman



(c) ECRAN NOIR 1996-2018