39-98 | 99 | 00 | 01 | 02 | 03 | 04 | 05 | 06 | 07 | 08 | 09 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18


 
 
Choix du public :  
 
Nombre de votes : 14
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com

 

Les Confins du monde

Quinzaine des réalisateurs - Compétition
France


MISS SAÏGON





"T'as pas craché dedans j'espère ? J'aime pas nager dans le jus des copains !"

Deux ans seulement après The End, Guillaume Nicloux retrouve son acteur fétiche Gérard Depardieu dans Les Confins du monde, un drame historique aux airs de polar se déroulant pendant la guerre d'Indochine. Nous sommes ainsi en 1945. Robert Tasse, un jeune militaire français, vient de survivre à un massacre et en est le seul survivant. Aveuglé par sa vengeance, il tente de traquer celui qui a tué son frère et sa belle-sœur. Mais sa rencontre avec Maï, une jeune prostituée indochinoise va bouleverser ses croyances.

Dans Les Confins du monde, le plus intéressant relève de la folie qui s'empare de Robert dès lors que l'objet de sa quête semble se rapprocher. Entre les traumatismes de ses blessures et la consommation parfois excessive d'alcool et d'opium est loin d'être fiable. Néanmoins, le spectateur reste persuadé que sa quête en vaut la peine - jusqu'à un certain point. Et c'est ici que se révèle tout le talent de Guillaume Nicloux. Avec une maîtrise certaine de la caméra, des cadres et des ambiances à créer, il signe un film anxiogène et pervers, où les plans de membres humains sont légion. Tronc, langues, oreilles, sexe, tête, tout y passe. Médusé, le spectateur ne peut que ferme les yeux ou détourner le regard et admettre que la guerre est l'une des épreuves les plus traumatisantes qui soit.

Pour camper ce fameux Robert, Guillaume Nicloux a fait appel à Gaspard Ulliel. Il lui offre avec ce film son plus grand rôle. Déjà excellent dans Saint Laurent en 2014 et Juste la fin du monde en 2016, l'acteur de 33 ans démontre une nouvelle fois qu'il fait partie des meilleurs acteurs de sa génération. Il donne tout et montre tout : son corps, son énergie et son talent. Mais il n'est pas le seul à briller dans cette jungle asiatique : Guillaume Gouix, qui incarne ici son frère d'armes, offre une belle prestation d'homosexuel condamné à mourir loin de celui qu'il aime.

Si Les Confins du monde commence comme le grand film qu'il était destiné à être, celui-ci est malheureusement victime d'une romance trop évidente et surtout très inutile. Têtu et voire insensé, Robert n'en fait qu'à sa tête pour coincer le tortionnaire de ses derniers proches. Mais si son corps dans l'ensemble a l'air de surmonter tous les obstacles qui se dressent sur sa route, cela se fait au prix de sa conscience. Et cela se voit plus particulièrement dans ses rapports avec Maï, véritable source de fantasmes pour les soldats français. Leur liaison, extrêmement prévisible, empêche le film d'avancer à de multiples reprises.

Particulièrement violent et écœurant, Les Confins du monde jouit d'une photographie sublime et d'une musique envoûtante voir mystique. Le trio Ulliel-Gouix-Depardieu fonctionne à merveille et malgré une romance dont tout le monde se serait passé, le film de Guillaume Nicloux atteint son but : être inoubliable.

wyzman



(c) ECRAN NOIR 1996-2018